La Nouvelle Calédonie : un voyage entre mer et montagnes

La Nouvelle Calédonie : un voyage entre mer et montagnes

Durant ces trois semaines de road trip en Calédonie, je n’ai su avoir de préférence entre la mer ou les montagnes… C’est fou, comme ces deux paysages vont bien ensemble…

Sarraméa…. Ou comment se retrouver au beau de l’Île, avec une vue sur la mer de chaque côté (d’Est en Ouest !) en passant par les montagnes… Pour cela, il m’aura fallu gravir 1055m de dénivelé pour déboucher sur le plateau de Dogny. Je vous l’avoue… Sans savoir si ce sont les deux heures d’ascension, la vue, l’effort, ou le tout en même temps, mais lorsque j’ai vu le plateau et que je me suis retournée pour observer ce qui m’entourait… J’ai eu les larmes aux yeux. Trop d’émotions ! C’était tellement beau… Seule, au milieu de nulle part. Ou plutôt, au milieu de « ça », ce que nous offre mère nature. C’était pour moi, incroyable. Je n’osais même pas prendre de photos. Tout était « trop ». Trop beau, trop fort, trop grandiose, trop seule, trop chaud, trop de soleil, trop de nuages, trop de bleu, trop de vert, trop de montagne, trop de forêt, trop de mer… TROP ! (Trop mal aux jambes le lendemain… AHAH)

Poé… Un petit coin de paradis, où ma tente s’envole mais je n’ai pas froid la nuit… Poé, avec ses plages de sable blanc, sa mer turquoise, et ses plaines vertes. Avec son domaine, le domaine de Déva, ses randos à couper le souffle encore une fois… Vu sur le lagon, ça vaut bien un bel effort… Non ?

Poé. Petit coin de paradis, où j’ai dormi plusieurs nuits face au lagon. Il est 5h, le soleil se lève… Quoi de mieux, à deux mètres des premières vagues que d’ouvrir doucement la tente et de se laisser bercer encore un peu. Je ne pourrais résister ici de visiter les fonds marins. Je suis donc montée à bord d’un bateau à fond de verre, à la rencontre des tortues vertes, de Némo, de Dory, et de poissons de toutes couleurs.

[Faut que je vous raconte aussi, après une journée de randonnée, de footing à travers les bois, de séance photo à essayer de capturer ce bleu si bleu, je n’avais qu’une hâte, me rafraichir dans l’eau. C’était sans compter une eau à 29°C, qui n’était donc, pas du tout réfraichissante ahah]

                   Poé… Mon coup de coeur en Nouvelle Calédonie….

Hienghène… Après une longue route de 3h30 et la « grande traversé » de la Calédonie. Je retrouve les nuages… A croire que les perturbations me suivent, ou je les suis… Surprise, le sable est plutôt noir ici ! Et la plage bordée de cocotiers… Kayak sur la rivière, au beau milieu de la mangrove… Comme une impression d’être à l’autre bout du monde… Seul, au beau milieu de ces étendues. Sous les nuages et la tempête menaçante.

Je pense que Hienghène montre un tout autre visage sous le soleil, et une toute autre ambiance. Ici, ça avait un air un peu d’apocalypse à mon passage.

Poingam. Le nord du nord. Le soleil. Le sable blanc. Et les retrouvailles avec la baignade. Il fut partielle mes très appréciable. Les moustiques. Ah les moustiques ! Je n’en avais encore pas rencontré, mais 30 secondes au téléphone avec le France et j’ai couru me réfugier ! Ces jours à Poingam ont pour moi été farniente, bronzette et farniente.

Voh. J’avais pensé ne pas y passer et retourner à Hienghène car le beau temps était de retour. Le temps de route m’a dit d’aller à Voh. Coh, et le cœur de Voh. La seule et unique « attraction »à voir et à faire : la mangrove dessine un cœur tout naturellement, vu du ciel, c’est juste toppissime ! Pas les moyens de me payer un vol en ULM, j’ai (encore) pris mes jambes et gravi la Montagne. D’un ULM ça doit être plus impressionnant hihi. Bon, c’était sympa quand même. Voh, et son camping fantôme : installer vous, quelqu’un passera. Personne n’est venu ! ET hop ! un camping gratuit ! On n’avait pourtant bien signalé notre présence. [Le « on » c’est par ce que c’était le quatrième soir que j’étais mystérieusement suivie par trois autres explorateurs…]

…… A ce moment-là du parcours, je suis redescendue à Poé et retour à Nouméa après deux semaines de cavale. J’ai mal dormi la première nuit, le lit était trop confortable, je n’avais plus l’habitude…..

 

PS : Les photos viendront plus tard, quand je trouverais un ordi un peu plus… réceptif que le mien. J’ai écris cet article, en ne pouvant lire que six mots dans les phrases, j’espère qu’il ad du sens quand même ! J’avais pleins d’autres photo à vous mettre en présentation, mais monsieur l’ordinateur a décidé que ça serait celle-là, la seule possible où je pouvais en accepter le téléchargement (ça va, ça aurait pu être pire encore 😉 )

 

en bonus :

6 Replies to “La Nouvelle Calédonie : un voyage entre mer et montagnes”

  1. J’ai 22h d’attente à l’aéroport d’Auckland… je crois que je pourrais trouve un petit moment pour essayer de les télécharger 😉

  2. Moi ? Abuser ? Nooon, jamais…. Ah zut ! Je réfléchis donc plus vite que je n’écris ahahah, dès que j’ai un plus grande visibilité grammatical, je corrige tous ça 😉

Laisser un commentaire